Traducteur

samedi 7 décembre 2013

Retour de mon entrevue avec Madame le Député Laure De La Raudière


Bonjour voici le retour sur mon entrevue avec Madame Laure De La Raudière député UMP de l'Eure et Loire secteur Nogent le Rotrou.



J'ai détaillé cette démarche car il me parait important de le faire ainsi, afin que les personnes qui hésitent à faire ce geste citoyen, voient qu'il n'y a rien de difficile ni de contraignant et que c'est à la portée de chaque citoyens Européens.


Plus nous serons nombreux à nous faire entendre plus notre voix de vapoteurs unis portera.


Madame le député, Laure De La Raudière est une personne accessible comme tous ces homologues, aux vues des différentes conversations de ces derniers jours et du déroulement de cette entrevue. En effet ma première demande de rendez-vous s'est faite sur son compte Twitter à 4h00 du matin le premier jour de la Twitter bombe #EuecigBAN en lui décrivant le sujet de notre futur rencontre. Sa réponse est arrivée le jour même à 9h00 en me renvoyant à son compte Facebook puis sur sa page de député sur son site : http://www.la-raudiere.com/
afin que je puisse y trouver les coordonnées de sa permanence.


Contact pris avec sa permanence à 9h15, rendez-vous pris pour le lendemain à 15h00.


Je lui renvois un message en la remerciant pour l'attention portée à ma requête.


J'envoie ensuite un courriel à AIDUCE afin de savoir s'il y avait une procédure particulière à suivre pour ce genre de rendez-vous et si je pouvais citer l'association, en précisant que le rendez-vous était pour le lendemain donc que c'était urgent.


Réponse dans l'après-midi d'AIDUCE, contact avec Michel Masure le secrétaire, qui me dit de me présenter simplement en décrivant mon histoire avec la e-cig ce que je comptais faire pour ouvrir le dialogue et ensuite de parler de l'association en la mentionnant pendant la conversation mais pas en début pour ne pas faire croire que j'étais envoyé par l'AIDUCE mais que c'était bien mon témoignage de vapoteur.


Je voulais également emmener des documents pour étayer mes dires car je suis un neo vapoteur de 78 jours et je ne peux donc me targuer de tout connaitre sur ce produit. Michel m'a dit qu'il y en avait sur le site d'AIDUCE et que j'allais trouver matière pour l'information du député. Je me suis donc mis à les compulser et en ai extrais ceux qui me paraissaient opportuns d'avoir pour une information concise de la situation passée, présente et future de la cigarette électronique. Je me prépare donc un dossier d'une vingtaine de pages.


Il y avait des informations sur l'association (historiques, politique engagée, nombre d'adhérents, puis dans les archives j'ai choisi de commencer mon dossier à partir du fameux article de 50 millions de consommateurs de cet été car il a failli pour moi être la cause de mon rejet de la cigarette électronique. Ensuite j'ai sélectionné l'article sur la mobilisation des 100 médecins, car il était en adéquation parfaite avec mon histoire, en effet c'est mon médecin qui m'a intimé l'ordre de passer à la cigarette électronique si je voulais passer de 90% de risques de récidives avec le tabac, à 10% avec la e-cig. Puis j'ai ensuite imprimé les articles tout chauds de ces deux derniers mois qui reprennent ce qui ce passe dans le trilogue à présidence Lituanienne. Qui m'ont eux permis de mettre en relation mes recherches sur les risques de ma consommation de e-liquides dus éventuellement au composant, en insistant sur le fait que les vapoteurs veulent, pour se préserver d'un risque pour leurs santé, une législation sur le contrôle des liquides, que c'est une de leurs demande première. Ces articles ont pu également m'aider à lui présenté ce qui se passait au niveau de l'article 18 et l'amalgame fait entre le tabac et la cigarette électronique qui n'est pas un produit dérivé du tabac.


J'ai donc commencé cette entrevue par la narration de mon histoire personnelle avec la e-cig, et pourquoi j'en suis venu à ce produit :


1.                      Mes ennuis de santé, cinq opérations de la vessie dues aux effets néfastes du tabac.


2.                      L'envie que j'avais de tenter autre choses, que tous ces produits déjà essayés plusieurs fois et qui ce sont toujours soldés par un échec certains, pour arrêter de fumer.


3.                      La mise en doute du bien fait de la cigarette électronique par l'article de 50 millions de consommateurs de cet été responsable du fait que j'ai failli ne jamais essayer la e-cig sans l'insistance de mon urologue.


4.                      Le conseil appuyé de mon médecin qui m'a conforté dans l'envie d'essayer la e-cig.




5.                      Mes recherches sur les risques liés aux e-liquides, pour ne pas consommer des produits risquant d'être nocifs en m'assurant du type de contrôle déjà mis en place et cela à la demande des vapoteurs. A ce moment-là je lui ai présenté ma cigarette électronique, en lui expliquant chaque composant et en lui faisant comprendre que le seul élément important qui créait cet amalgame et cette discorde c'était le e-liquide contenu dans mon claromiseur. Elle s'est intéressée à ce que je lui montrais car elle ne connaissait la e-cig que de nom et n'avais jamais vu les différentes pièces ni approché son principe de fonctionnement, elle semblait satisfaite de l'information. Elle m'a demandé s'il y avait différents parfums, si on pouvait choisir son taux de nicotine, bref elle semblait avoir vraiment un besoin d'informations pour porter notre parole à ces confrères du parlement européens.


6.                      L'arrêt total du tabac le jours même où j'ai mis en route ma première e-cig, ce qui représentait quelque chose de magique pour moi qui avait tenté tant de chose avant.


7.                      Le fait que, l'arrêt instantané du tabac avec la cigarette électronique, était le déclencheur de mon engouement à sa défense contre une injustice due aux Lobbying des sociétés du tabac comme British American Tobacco et Philip Morris. Ce qui m'avait amené à déclencher cet entretien pour informer nos députés de la réalité de terrain face à ce produit qu'est la e-cig et ce qui risquait d'arrivé pour la santé publique si personne ne faisait rien. J'ai décrié également, que la présidence lituanienne n'allait pas aider à la prise en compte objective du retrait de l'article 18 vu que Philip Morris est le plus gros investisseur en Lituanie.


Après m'avoir laissé parler et présenter la cigarette électronique, elle m'a expliqué que les députés sont débordés et qu'ils n'étaient pas au courant de tout ce qui se passait à Bruxelles, ils n'avaient pas le temps de suivre tous les sujets du parlement européen alors que c'était très important puisque les retombées se faisaient rapidement ressentir dans chaque pays de la communauté. Elle m'a dit que les explications reçues aujourd'hui vont lui permettre d'en parler à ses confrères du parlement Européen. Je suis donc certain que les infos apportées dans des entrevues comme celle-ci sont très constructives pour nous.


Ensuite elle a tenté de me rassuré en me disant qu'en décembre la présidence au trilogue changeait, que la force de persuasion lituanienne n'était pas conséquente aux vues de la taille du pays (en nombre d'électeurs), et que si tout était retardé jusqu'en mars plus rien ne serait fait à cause des élections et du calendrier du parlement Européen. Elle m'a dit également que pour elle le conseil européen ne laissera pas faire n'importe quoi et m'a confirmé qu'elle allait en parler à ses confrères.


J'ai donné les documents en fin d'entrevue à sa demande, car elle savait que j'en avais édité à son intention lors de nos échanges par post privé sur Facebook. J'ai fait le parallèle entre ces documents et les informations que je lui ai apporté aujourd'hui. J'ai mis en exergue le choix de ma source de données en avançant l'argument, auprès de Madame le Député, de la vérification possible des sources et surtout du fait que l'AIDUCE n'était sous aucune contrainte commerciale de par son statut ce qui démontrait l'objectivité de la démarche des vapoteurs réunis dans cette association. Cet argument a semblé lui plaire aux vues de sa réaction d'acquiescement.


Voilà donc le retour sur cette entrevue, moi j'aimerais avoir également un retour sur ce que je viens de vous narrer et ceci afin de savoir si ça vous parait intéressant de faire ce genre de démarche et surtout si cela vous a donné envie de le faire également car comme je l'ai dit plus haut, je suis certain que:


Plus nous serons nombreux à informer nos députés qui, comme beaucoup de personnes, ne connaissent rien de ce produit et de la communauté qui s'est construite autour. Plus la prise de consciences des enjeux que nous défendons tous sera effective et meilleure sera l'information qu'ils transmettront à leurs collègues du parlement Européens. Nos voix sonneront donc de façon plus distincte dans cette cacophonie Européenne.


Merci de me laisser vos commentaires, j'en ai besoin pour des actions futures.