Traducteur

jeudi 5 décembre 2013

EU plan pour protéger les marchés de cigarettes et de drogue tout en tuant les fumeurs

Opinion: EU bureaucrats plan to protect cigarette and drug markets while killing smokers
En français

je sais qu'il ne faut pas copier les article en entier mais pour les vapoteurs non initié aux traducteurs, l'article leurs devient accessible. Merci de votre indulgence. Il y a u lien au dessu pour l'article original en VO et je n'ai désactivé aucun lien !

Avis : Les bureaucrates EU plan pour protéger les marchés de cigarettes et de drogue tout en tuant les fumeurs

E-cigarettePar Gilbert Ross, M.D. ACSH.org, New York, US décembre 2013
Lorsque le Parlement européen (PE) bafoués de la Commission européenne (EC) produits Directive (DPT) du tabac proposée par veto de réglementation de la médecine pour les cigarettes électroniques (e-cigs) en octobre dernier, des experts de la santé publique américaine (moi y compris) poussa un soupir de soulagement semi. Cette réglementation aurait, en effet, interdit e-cigs, faite de tous les dispositifs efficaces illégale dans l'Union européenne et transformé des millions de « vapers » en rechute fumeurs ou des criminels. Les bénéficiaires ? Géants du tabac et les grandes sociétés pharmaceutiques.
Mais non ! Le PE a tracé la ligne à une telle portée réglementaire destructrice, limitant les règlements à surtout de bon sens dictons, par une marge substantielle à ce. Maintenant, moi et mes collègues américains pensaient, nous pouvons revenir à se soucier de ce que notre propre nourriture et Drug Administration (FDA), peu judicieuse, en conflit promulguerait dans sa mission continue à saboter les dispositifs à faible risque. Nos règlements e-cig, due à ce même mois, a été retardé un peu de ce tout « arrêt de gouvernement » chose, donc nous Yankees rester sur des charbons ardents, en attente de la révélation à venir de l'organisme de surveillance, OIRA.
Ne vous le savez ? Tandis que le dos ont été transformé, boudeur membres de la Communauté européenne (qui représentent qui, exactement?) décidés de ne pas laisser leur perception gifle par le PE rester sans réponses et a décidé de tenter une dérivation intelligente du corps législatif élu démocratiquement en reprenant leur assaut sur e-cigs. Peut-être connaître le cafouillage que cela engendrerait, ils sagement a tenté de prendre cette mesure en secret... mais pas si sagement lui a permis d'être divulguée à la presse avant elle s'est beaucoup accélérée dans les salles de dos rempli de fumée, comme les commissaires avaient espéré.
Pour ceux qui ne se soucient pas un iota sur les problèmes de tabac, e-cigs viennent dans différentes formes, mais ils ont ceci en commun : ils répliquent les rituels « fumées » mains et exhalés de la cigarette, et la grande majorité d'entre eux offrent un puissant coup de la drogue de fumeurs dépendants des choix, la nicotine. Certains — « cigalikes » – sont largement disponibles dans les dépanneurs et pharmacies et ressemblent souvent à des cigarettes de tabac. Certains ont rouges conseils rougeoyantes gracieuseté d'un signal lumineux, dont certaines ont une lueur bleue ; certains sont blancs comme fume régulièrement, certains sont noirs. Ils émettent de propylène glycol (PG) et des arômes avec leur nicotine vaporise de l'eau dans différentes concentrations. Tous les éléments connus sont généralement reconnus comme sûrs aux États-Unis, bien qu'aucun n'ont été étudiées par inhalation sur une longue période d'utilisation (bien, PG a été utilisé dans certains inhalateurs médicaux sans aucun signal de la santé a noté). Un autre fait clé : des millions de personnes, en plus de l'Europe et les Etats-Unis, ont acheté e-cigs : leur marché a doublé chaque année depuis 2010 et numérotez maintenant près de 3 millions « vapers » (comme on les appelle, non fumeurs, jamais!) en Amérique et un nombre encore plus grand en Europe. (Les chiffres exacts sont difficiles à trouver, comme les gouvernements semblent être tentant d'ignorer ce phénomène, tandis que les entreprises considèrent ces chiffres comme propriétaire et sont très bien avec les exagérer ou minimiser, comme le dictent leurs intérêts).
Pourquoi sont-ils si populaires ? Et pourquoi tant de gouvernements et régulateurs envie de les éradiquer, rendent les impuissants ou impôt que hors de portée ? Tout d'abord, nous devons faire face à un fait que ceux qui haïssent et craignent les e-cigs jamais aborder : le tabagisme est le problème de santé publique plus prévalente, létaux et évitables dans le monde. QUI prévoit que, si les tendances actuelles se poursuivent sans relâche, 1 milliard mourront de maladies liées au tabagisme dans le monde entier ce siècle. Le bilan annuel de l'Union européenne est presque 800 000 maintenant et aux États-Unis, environ 450 000 hors de nos 45 millions fumeurs — dépendance à la cigarette s'est avérée finira par tuer le plus de la moitié de leurs utilisateurs. Et bien que la plupart des fumeurs veulent arrêter et essayer plus de la moitié de chaque année, le taux de « réussite » demeure dans la fourchette de 5 % de la dinde froide — sans aide. Malheureusement, les méthodes approuvés par le gouvernement pour aider les fumées à n'arrêter qu'améliorent ce taux par deux-à triplé, ce qui signifie qu'ils réussissent seulement un peu plus souvent que celui des 10 tenté ex-fumeurs : fumer est une addiction diablement difficile à rompre, au moins sur un pied d'égalité avec la cocaïne ou d'héroïne.
Pourquoi la Communauté européenne tente maintenant de forcer le règlement médecine sur e-cigs par le biais de la « petite porte », en quelque sorte ? Compte tenu de la catastrophe de santé publique du tabagisme — et l'Union européenne a le plus fort pourcentage de fumeurs de n'importe quelle région géographique similaire — et la probabilité de bénéfices importants (sinon miracles) d'absorption généralisée de e-CIG, ce qui est ne pas pour aimer ? Pour des raisons que l'on devine seulement à, lutins et préoccupations hypothétiques ont été sauvées depuis le tas de détritus qu'ils avaient été expédiés après le vote de l'EP. Ce qui se passera à vapers en 5, 10, 20 ans ? Qu'en est-il des enfants : ils deviendra pas toxicomanes de la nicotine si ils expérimentent avec e-cigs, comme les enfants sont de coutume de le faire ? Et ces saveurs ! Et ces annonces TV sexy ! N'oubliez pas les géants du tabac ! C'est tout un complot sournois de BAT-PMI-RJR pour revenir dans le jeu, d'attirer des jeunes dans les vapes nouvellement-cool et la prochaine chose que vous savez, un fumeur dédié ! Et les agents cancérigènes, que la FDA a réussi à détecter en 2009 ? Et que dire de « vapeur d'occasion » ?
Si ces « préoccupations » de son forgées (ne pas dire faux), ils sont. Aucun de ces « risques » hypothétiques de e-cigs ont démontré être une préoccupation réaliste et la même argumentation qu'ils pourraient avoir quelque mérite, équilibrage tel contre le pouvoir addictif bien connu et les effets de l'inhalation répétée de la fumée de tabac Santé létale devraient faire l'argument brièvement. Pourtant, nous sommes ici : se précipiter bon gré mal gré vers un environnement réglementaire rigoureux efficacement tuer cette technologie prometteuse, ainsi que des centaines (milliers?) de petites entreprises et son remplacement par l'ordre du jour, ou des intérêts encore plus insidieuses, des élus, des bureaucrates irresponsables pour que des millions d'ex-fumeurs désespérées et les représentants élus au Parlement européen. Ce qui est la ruée, de toute façon ?
Encore une autre composante de cette histoire sordide : la présidence de l'UE est un lituanien qui est un fervent adversaire de e-cigs ; son mandat expire à la fin de l'année, et la prochaine élection EP est en mai. Les forces qui tentent de garder e-cigs retirée du marché, de refuser l'accès à ce substitut cigarette simple, efficace et relativement peu coûteux, ne veulent pas attendre pour voir qui sera le nouveau Président, quand celui-ci est tellement sympathique.
Nous ne sais pas, mais je suspecte fortement, que les e-cigs sont une aide à l'arrêt efficace, malgré l'absence d'une preuve qui provient généralement des essais cliniques contrôlés. Nous en déduisons l'efficacité en se fondée sur ces faits incontestables : de plus en plus de fumeurs sont passés aux vaping, tandis que les ventes de cigarettes réels ont chuté d'une manière sans précédent.
Ce qui maintenant ? PE, EC et au Conseil européen (les ministres représentant les gouvernements nationaux) sont maintenant engagés dans un « trilogue » à marier leurs positions disparates dans une nouvelle Directive qui peut être convenue par toutes les parties. Alors que normalement, ce serait un objectif souhaitable, je tremble à l'issues possibles qui pourraient laisser vapers dans le froid. Ils ont fait leurs désirs manifeste clairement avec des manifestations dans et autour de divers bureaux EU sur le printemps dernier et l'été, dans l'espoir d'influencer le vote EP — et cela a fonctionné ! Maintenant, à titre de ceux d'entre nous dans la santé publique axée sur la science, ils se sentent trahis, mais pas (encore) abandonné : parlementaires solides sont maintenant la ligne contre les partisans de l'EC du règlement serré et je l'espère va réussir. Mais le compromis, semblable à celle effectuée en 1994 quand la Suède a rejoint l'UE au prix de maintenir le faible risque snus retirée du marché dans l'Union européenne — une position absurde, contraire à l'intuition, hier et aujourd'hui — il faut éviter : le bébé ne devrait pas encore être jeté avec l'eau du bain.
Sonore, raisonnable, réglementation fondée sur la science de e-CIG est un must, tous de bonne foi sont d'accord. A récemment adopté Amendement 170 le Parlement européen figurant ceux : normes de bonne fabrication, restrictions d'âge pour les ventes et marketing/publicité, précise l'ingrédient d'étiquetage, l'épreuve des enfants conteneurs pour le « jus » (liquide nicotine pour ceux qui dédaignent cigalikes) et aucune des allégations santé autorisées. Ce sont des exigences semblables à ceux aux Etats-Unis pour "suppléments nutritionnels", et il n'y a aucune raison au monde pourquoi ils seraient pas applicables à la e-cigarette sûrs, efficaces et peut-être miraculeuse trop. Sinon, ceux qui sèment le vent doivent se préparer à récolter le tourbillon : un vaste marché noir en colère céderait la place à répondre à la demande vorace sûre de suivre si l'adoption de mesures peu judicieuses et corrompues de l'EC.
Gilbert Ross M.D.
Directeur médical et exécutif,
L'American Council on Science and Health
1995 Broadway New York NY 10023
rossg@ACSH.org
T. 212-362-7044, x 242
Fax : 212-362-4919
GSM. 516-581-8400
Site Web | Facebook | Twitter